Categories
Non classé

La téléconsultation en entreprise : quels avantages ?

La téléconsultation en entreprise : quels avantages ?

L’installation d’une cabine médicale connectée Tessan en entreprise offre des avantages aux collaborateurs, mais aussi aux employeurs !

La téléconsultation s'installe en entreprise avec Tessan !

De plus en plus d’entreprises font le choix d’installer une cabine médicale connectée Tessan dans leurs locaux. L’objectif : permettre aux collaborateurs d’accéder à tout moment à un médecin généraliste ou spécialiste, pour profiter d’une prise en charge médicale de qualité. La téléconsultation en entreprise par Tessan offre de très nombreux avantages aux salariés, comme aux employeurs. Quels sont-ils ? C’est ce que nous allons voir, dans la suite de cet article.

Téléconsultation en entreprise : quels avantages pour les collaborateurs ?

Grâce à l’installation de cabines connectées, Tessan facilite la prise en charge médicale. Nos dispositifs, accessibles aux personnes à mobilité réduite, sont équipés de 7 appareils médicaux, permettant la réalisation d’examens et la pose d’un diagnostic, ainsi que d’un système d’impression délivrant les ordonnances. Mais alors, qu’offrent nos cabines connectées aux collaborateurs d’une entreprise ? Comment la téléconsultation peut-elle améliorer les conditions de travail des salariés ?

               La cabine de téléconsultation constitue un gain de temps considérable

Le salarié qui consulte sur son lieu de travail n’a pas besoin de se déplacer jusqu’à un cabinet médical. La téléconsultation sur place permet donc de gagner du temps, mais aussi d’économiser les frais de déplacement. Grâce à elle, plus besoin de poser une demi-journée, voire une journée entière de congé pour raison médicale.

               La téléconsultation, pour permettre à chacun de consulter un médecin

C’est un fait : par manque de moyens, mais aussi par manque de temps, de très nombreux Français négligent leur santé.

L’installation d’une cabine médicale connectée sur le lieu de travail impacte de façon très positive l’accès aux soins de manière générale. Les salariés ont la possibilité d’accéder presque immédiatement à un médecin : ils ne remettent donc plus à plus tard une consultation pourtant nécessaire avec un professionnel de santé.

               La téléconsultation en entreprise, pour profiter d’un avis médical confidentiel

Les cabines de téléconsultation proposées par Tessan sont insonorisées. De ce fait, le patient peut s’exprimer en toute liberté, sans avoir peur d’être entendu. Mais ce n’est pas tout. Le médecin est tenu au secret médical : légalement, il n’est pas en mesure de délivrer à l’employeur le compte rendu de la consultation. De ce fait, le collaborateur qui consulte est certain de pouvoir bénéficier d’une prise en charge en toute confidentialité.

               La téléconsultation, pour prendre en charge de nombreux problèmes de santé

Grâce aux nombreux dispositifs médicaux accessibles dans les cabines Tessan, les collaborateurs ont la possibilité de consulter pour un problème de santé bénin, mais pas seulement. En effet, Tessan travaille avec des professionnels paramédicaux, mais aussi des médecins spécialistes, comme  des dermatologues et des ophtalmologues. Notre dispositif permet donc d’accéder à une prise en charge médicale spécifique.

Téléconsultation en entreprise : quels avantages pour les employeurs ?

La mise en place de cabines médicales connectées Tessan dans l’entreprise n’offre pas que des avantages aux collaborateurs. C’est vrai, les employeurs profitent eux aussi de l’impact positif de cette mesure.

               Grâce à la téléconsultation, les entreprises peuvent répondre à leurs obligations légales

L’employeur est dans l’obligation d’assurer la sécurité de ses collaborateurs et de protéger leur santé physique et mentale. D’après l’article L4121-1 du Code du travail : « L’employeur prend les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs. Ces mesures comprennent :

  • 1° Des actions de prévention des risques professionnels, y compris ceux mentionnés à l’article L. 4161-1 ;
  • 2° Des actions d’information et de formation ;
  • 3° La mise en place d’une organisation et de moyens adaptés. L’employeur veille à l’adaptation de ces mesures pour tenir compte du changement des circonstances et tendre à l’amélioration des situations existantes. »

L’installation de cabines médicales connectées dans les locaux de l’entreprise permet à l’employeur de répondre à ses obligations légales. Bien sûr, d’autres mesures doivent être prises pour être en conformité avec la réglementation du Code du travail : l’installation d’un matériel de premier secours, la mise en place d’une protection contre le bruit, le respect de l’interdiction de fumer, l’organisation des visites médicales, etc.

               La téléconsultation en entreprise réduit l’absentéisme et évite la désorganisation

La possibilité de consulter sur le lieu de travail limite significativement l’absentéisme. D’ailleurs, d’après le magazine myRHline, l’absentéisme est réduit de 14 % dans les entreprises qui mettent en place un système de téléconsultation. Le nombre de jours d’absence, quant à lui, est réduit de 16 %.

La baisse de l’absentéisme entraîne la possibilité de préserver une bonne organisation au sein de l’entreprise. Elle favorise également la productivité chez les salariés. En d’autres termes, les collaborateurs ont tout intérêt à installer une cabine de téléconsultation Tessan dans leurs locaux !

               Grâce à la téléconsultation, les entreprises améliorent leur image de marque

Les collaborateurs sont plus enclins à accorder leur confiance à une entreprise qui s’engage dans la préservation de leur santé et de l’amélioration de leur bien-être. En outre, l’installation d’une cabine médicale connectée est une preuve de dynamisme et d’innovation. En tant qu’entreprise, améliorez votre image de marque en interne, grâce à ce dispositif performant !

Vous avez aimé ? Partager !
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Categories
Non classé

Tessan soutient la campagne vaccinale contre la Covid-19 !

Tessan soutient la campagne vaccinale contre la Covid-19 !

Grâce aux cabines de consultation Tessan, les patients peuvent obtenir une ordonnance et se faire vacciner en moins d’une heure.

La vaccination arrive en pharmacie !

Le 5 mars 2021 est paru au Journal officiel le décret n° 2021-248, autorisant les pharmacies d’officine à vacciner contre la Covid-19. Grâce aux cabines de téléconsultation Tessan, il est possible de consulter son médecin directement en pharmacie, d’obtenir une ordonnance et de profiter d’une première injection, en moins d’une heure ! Comment se déroule la vaccination en pharmacie ? Quels sont les officines et les patients concernés ? Faisons le point, dans la suite de cet article.

Qui sont les personnes concernées par la vaccination en pharmacie ?

D’après les recommandations de la Haute Autorité de Santé, seules les personnes âgées de 55 à 74 ans souffrant de comorbidités, ou d’une pathologie augmentant le risque de contracter une forme grave de la maladie, peuvent profiter du vaccin contre la Covid-19. Toutes les personnes âgées de 75 ans ou plus sont également concernées par la vaccination. En revanche, celles présentant des antécédents de réaction allergique à l’un des composants présents dans le vaccin ne peuvent pas se faire vacciner.

Quels sont les vaccins qui peuvent être administrés en pharmacie ?

À l’heure actuelle, la campagne de vaccination en pharmacie est menée exclusivement avec le vaccin Astrazeneca. Cependant, dans les prochaines semaines, d’autres vaccins pourraient arriver dans les officines. C’est le cas des vaccins Pfizer et Moderna, qui sont pour le moment réservés aux hôpitaux et aux centres de vaccination. En effet, une découverte scientifique a mis en lumière la possibilité de conserver ces vaccins pendant deux semaines à -20 degrés, et 5 jours dans un réfrigérateur classique, contre -80 degrés actuellement (une condition de conservation impossible à mettre en place dans les pharmacies).

Quelles sont les pharmacies en mesure de vacciner contre la Covid-19 ?

Les pharmacies capables de proposer la vaccination à leurs patients sont les officines inscrites à l’Ordre et déclarées à l’Agence régionale de santé. Précisons également que, pour vacciner, les pharmaciens doivent avoir suivi une formation spécifique, concernant notamment les principes de la vaccination, les effets indésirables, les contre-indications, mais aussi les méthodes de stockage et de conservation des vaccins.

Comment se déroule la vaccination dans les pharmacies ?

               La prise de rendez-vous

La prise de rendez-vous n’est pas systématique dans le cadre de la vaccination en pharmacie, contrairement à la vaccination ayant lieu dans les centres. De ce fait, la pharmacie de votre choix peut décider de mettre en place ou non un système de réservation. Elle peut effectivement opter pour une liste d’attente. N’hésitez pas à contacter votre officine habituelle, afin de vous renseigner concernant les différents créneaux horaires disponibles.

               L’obtention d’une ordonnance de la part du médecin

Les personnes souffrant d’une pathologie à très haut risque de forme grave de Covid-19 doivent obtenir une prescription d’un médecin généraliste avant de se faire vacciner. Il en va de même pour les femmes enceintes, ainsi que pour les patients souffrant d’un trouble de l’hémostase. En revanche, les personnes de 75 ans et plus peuvent obtenir une première injection sans ordonnance. En effet, les pharmaciens ont la possibilité de vacciner, mais aussi de délivrer le vaccin sans prescription médicale.

               Le questionnaire de santé

Avant de se faire vacciner, les patients devront compléter un questionnaire de santé, afin que le pharmacien puisse s’assurer que ceux-ci répondent aux critères d’éligibilité et soient bien prioritaires. Au cours de ce questionnaire, le pharmacien en profitera également pour rappeler les effets secondaires du vaccin, ainsi que le délai entre la première et la deuxième injection.

               L’injection et son enregistrement dans une base de données

L’injection du vaccin contre la Covid-19 ne prend que quelques secondes. Une fois réalisée, le pharmacien enregistre la procédure dans une base de données, appelée Vaccin Covid. Plusieurs informations y seront entrées, comme le numéro de série du produit injecté, le nom du pharmacien et du patient, etc. Après l’injection de la première dose du vaccin, le patient doit attendre pendant 15 minutes, afin d’être pris en charge en cas de réaction allergique.

               La réalisation de la deuxième dose

Il faudra respecter un délai de 4 à 12 semaines entre les deux injections du vaccin Astrazeneca.

Vaccination contre la Covid-19 : quelle est la prise en charge ?

C’est l’Assurance Maladie qui prend en charge la vaccination en pharmacie. De ce fait, les personnes qui en bénéficient n’auront rien à débourser le jour du rendez-vous. En revanche, il est nécessaire de se présenter avec une carte vitale, pour pouvoir bénéficier d’une prise en charge.

Grâce aux cabines de téléconsultation Tessan, faites-vous vacciner en moins d’une heure !

Tessan s’engage pour la vaccination contre la Covid-19 ! En équipant votre officine d’une cabine de téléconsultation, permettez aux patients d’obtenir immédiatement une ordonnance d’un médecin généraliste, puis de se faire vacciner dans vos locaux. Participez à l’accélération de la campagne de vaccination, en proposant un protocole vaccinal en moins d’une heure dans votre pharmacie !

Vous avez aimé ? Partager !
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Categories
Non classé

Semaine nationale de la lutte contre le cancer : Tessan s’engage !

Semaine nationale de la lutte contre le cancer : Tessan s’engage !

Semaine nationale de la lutte contre le cancer : Tessan s’engage !

Tessan soutient la semaine nationale de lutte contre le cancer

Du 16 au 22 mars a lieu la semaine nationale de la lutte contre le cancer, organisée par la Ligue contre le cancer. L’objectif de cet événement : réunir un maximum de dons pour la recherche en cancérologie, mais aussi pour permettre à la Ligue contre le cancer de poursuivre son action auprès des malades. En plus de financer le secteur de la recherche, cette association vient en aide aux personnes touchées par la maladie, ainsi qu’à leurs proches, tout au long de leur combat. La semaine nationale de la lutte contre le cancer est l’occasion pour Tessan de revenir sur les chiffres de cette maladie, ainsi que sur la prévention et le dépistage.

La semaine du 16 au 22 mars, engagez-vous avec la Ligue nationale contre le Cancer

Vous souhaitez vous engager et venir en aide aux personnes touchées par le cancer ? Participer à la recherche de traitements et financer l’action de la Ligue nationale contre le Cancer ? Tessan vous encourage dès à présent à réaliser un don sur le site ligue-cancer.net. Revenons un peu plus en détail sur la définition de cette maladie qui, selon l’Institut national du cancer, touche plus de 380 000 personnes par année.

D’après la Ligue contre le Cancer, cette maladie est « caractérisée par la prolifération incontrôlée de cellules, liée à un échappement aux mécanismes de régulation qui assure le développement harmonieux de l’organisme ». En d’autres termes, le cancer est une maladie qui touche la croissance des cellules qui composent les organes. Dans le cadre d’un processus de développement normal, les anciennes cellules sont remplacées par des nouvelles. Mais, lorsque ce mécanisme se détraque, une cellule se multiplie et produit de nombreuses autres cellules identiques, formant ce que l’on appelle une tumeur.

La tumeur n’est pas un cancer en soi. C’est lorsque celle-ci commence à envoyer ses cellules dans d’autres organes que l’on peut parler de cancer. Les cellules de la tumeur voyagent et vont s’implanter ailleurs dans l’organisme, pour former leur propre tumeur, que l’on appelle métastase. Ce sont ces métastases qui empêchent le corps de bien fonctionner et entraînent les différents symptômes du cancer.

Quels sont les chiffres du cancer en France ?

Nous l’avons dit, en France, plus de 380 000 personnes sont touchées par le cancer. Intéressons-nous aux chiffres de cette maladie.

               Quelles sont les personnes les plus touchées par le cancer en France ?

Il semblerait que le cancer soit un phénomène qui touche plus d’hommes que de femmes. En effet, avant l’âge de 85 ans, un homme sur deux contractera un cancer, contre une femme sur trois. Les chances de guérison sont estimées à 60%. Nous verrons également que plusieurs facteurs peuvent augmenter le risque de cancer.

               Les principales formes de cancer en France

  • Le cancer du poumon : il concerne 10 % des cancers diagnostiqués et près de 20 % des décès liés à un cancer. Les chances de survie sont de 14 % après 5 ans.
  • Le cancer de la prostate : il représente 19,4 % des cancers diagnostiqués et près de 6 % des décès dus à un cancer. Les chances de survie sont particulièrement élevées, 80 % après 5 ans.
  • Le cancer du sein : il concerne 14,5 % des cancers diagnostiqués et 8% des décès dus à un cancer. En outre, les chances de survie sont de 85 % après 5 ans.
  • Le cancer colorectal : il représente 11,1 % des cancers diagnostiqués et près de 12 % des décès dus à un cancer. Les chances de survie après 5 ans sont de 56 %.

La prévention contre le cancer : facteurs de risque et dépistage

               Quels sont les principaux facteurs de risque du cancer ?

Le cancer est une maladie ayant de nombreuses origines. En effet, il peut être causé par des facteurs biologiques (comme l’âge), génétiques, mais aussi par des comportements à risque, notamment :

  • Le tabagisme,
  • L’alcool,
  • L’exposition répétée au soleil,
  • L’exposition à certains produits chimiques comme l’amiante, le nickel, le glyphosate, etc.

               Comment se faire dépister contre le cancer ?

Pour diagnostiquer un cancer, le dépistage constitue l’une des solutions les plus efficaces. Grâce à un ou plusieurs examens, le processus de dépistage permet d’identifier un cancer dans sa forme précoce, alors que la personne ne souffre encore d’aucun symptôme. Chaque année, les pouvoirs publics organisent des campagnes de communication autour du dépistage de certaines maladies :

  • Le dépistage du cancer du sein : il est recommandé de le pratiquer tous les deux ans aux femmes entre 50 et 74 ans. La procédure consiste en la réalisation d’une mammographie et une palpation.
  • Le dépistage du cancer de l’utérus : les femmes de 25 à 65 ans sont invitées à réaliser un frottis tous les trois ans.
  • Le dépistage du cancer colorectal : il concerne les hommes et les femmes âgés de 50 à 74 ans. Ce dépistage repose sur la recherche de sang dans les selles.

Tessan, grâce à ses cabines de téléconsultation, vous accompagne au quotidien dans des pharmacies et mairies équipées grâce aux cabines médicales connectées. Consultez des médecins généralistes, dermatologues et ophtalmologues, des professionnels de santé qui vous assistent dans vos démarches de dépistage et d’information.

Vous avez aimé ? Partager !
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Categories
Non classé

Vaccination contre le Covid-19 : le rôle des pharmaciens

Vaccination contre le Covid-19 : le rôle des pharmaciens

Impatients de pouvoir eux-aussi vacciner les personnes qui le demandent, les pharmaciens s’organisent du mieux qu’ils peuvent.

Pharmaciens et vaccination Covid-19 : peuvent-ils aider à mener une campagne de vaccination rapide et efficace ?

À ce jour, plus de 3 000 000 de personnes ont été vaccinées contre le Covid-19 en France. Si ce nombre est conséquent, il reste encore un long chemin à parcourir avant d’atteindre l’objectif de la vaccination de l’entièreté des Français fixé pour cet été 2021. Alors y a-t-il des solutions pour accélérer cette campagne de vaccination de manière efficace ? Les pharmaciens ont-ils un rôle à jouer ? Voici quelques informations permettant d’y voir plus clair.

Où en sommes-nous exactement ?

Actuellement, des centres de vaccination ont été mis à disposition des personnes âgées de plus de 75 ans et ne vivant pas en EHPAD, et des personnes de plus de 50 ans travaillant dans le secteur médical.

D’ici quelques jours débutera la deuxième étape de la campagne de vaccination, qui s’adresse quant à elle aux français âgés de 50 à 64 ans et présentant des comorbidités. Les comorbidités sont des maladies ou des troubles chroniques qui vont venir s’ajouter à la maladie initiale et donc augmenter les chances que celle-ci devienne grave voire mortelle.

Concernant le Covid-19, les comorbidités les plus connues sont :

  • L’hypertension artérielle,
  • L’obésité,
  • Le diabète
  • La mucoviscidose, etc.

Cependant cette deuxième vague de vaccination n’est pas si simple à mettre en place. En effet, elle sera effectuée à l’aide du troisième vaccin, celui du laboratoire AstraZeneca, qui est actuellement disponible à hauteur de 700 000 doses seulement. Ces doses vont être livrées dans les pharmacies à travers le territoire français dès le 25 février, néanmoins les pharmaciens ne sont pas encore autorisés à faire les injections eux-mêmes car la priorité est donnée aux médecins généralistes.

Un système de répartition des doses quelque peu fastidieux

Le vaccin d’AstraZeneca étant disponible en quantité très limitée pour l’instant, il n’était pas question de bâcler sa répartition sur le territoire, c’est donc tout un système de réservation qui a été mis en place. Les médecins généralistes doivent s’inscrire auprès d’une pharmacie afin que celle-ci puisse passer commande auprès de l’ARS (Agence Régionale de Santé) afin de recevoir dix doses de vaccins d’ici le 25 février.

Dix doses seulement par médecin généraliste : c’est ce qu’a décidé le gouvernement afin de répartir le plus équitablement possible les vaccins à travers tout le territoire. Si cette décision est globalement comprise par le corps médical, c’est plutôt l’organisation de cette seconde phase de vaccination qui fait débat. En effet, les médecins ainsi que les pharmaciens reprochent au gouvernement une décision tardive et des délais très courts qui ne leur permettent pas de s’organiser de manière optimale. De plus, les pharmaciens aimeraient eux-aussi avoir la possibilité d’administrer le vaccin à leurs clients qui sont d’ores et déjà nombreux à venir demander un rendez-vous. De plus en plus habitués à se rendre en pharmacie pour avoir accès aux soins, notamment depuis l’apparition des cabines de téléconsultation, de nombreux Français aimeraient avoir accès au vaccin plus simplement et sans avoir à passer par leur médecin traitant.

Malheureusement, tant qu’aucun décret gouvernemental n’aura été ratifié dans ce sens, les pharmaciens se trouveront dans une impasse.

Le rôle essentiel des pharmaciens sur la santé des Français

Nous le disions précédemment, les pharmaciens jouent un rôle de plus en plus important en matière d’accès aux soins en France. Vaccinations, bornes de téléconsultation : il n’est plus autant nécessaire de passer par le cabinet de son médecin traitant que cela pouvait l’être il y a encore quelques années.

Le meilleur exemple est celui du vaccin contre la grippe. Avec un rythme de vaccination avoisinant les 200 000 injections journalières, il ne fait aucun doute que le fait d’autoriser les pharmaciens à vacciner leurs clients permet d’accélérer les campagnes de vaccination, d’autant plus qu’ils disposent déjà de salles de vaccination puisqu’ils les utilisent chaque année pour administrer les vaccins contre la grippe.

En attendant la signature du tant attendu décret, les officines s’organisent. Des formations sont mises en place afin de permettre au maximum de pharmaciens de vacciner ceux qui le souhaitent en temps voulu et des listes d’attentes sont créées afin de pouvoir recontacter rapidement les personnes voulant être vaccinées dans leurs pharmacies. D’après Philippe Besset, Président de la Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France, ce sont 85% des officines qui sont prêtes à commencer les vaccinations. Le décret autorisant les pharmaciens à administrer les vaccins pourrait donc permettre d’accélérer considérablement la campagne de vaccination.

 

Autre élément important : le fait d’autoriser les pharmaciens à administrer le vaccin va permettre aux personnes vivant dans des zones de désert médical d’avoir également accès à la vaccination. En effet, de nombreux français vivent dans ces zones où il est difficile d’avoir un rendez-vous rapidement avec un médecin généraliste à moins d’avoir à parcourir plus de trente kilomètres. Si les cabines et les bornes de téléconsultation aident à lutter contre ce phénomène tout au long de l’année, il est essentiel que les pharmaciens puissent aussi y participer durant la campagne de vaccination. 

Vous avez aimé ? Partager !
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Categories
Non classé

Téléconsultation : un attrait croissant depuis 2020

Téléconsultation : un attrait croissant depuis 2020

Médecins comme patients : les français sont de plus en plus nombreux à s’intéresser à la téléconsultation afin d’obtenir un avis médical sans se déplacer.

Comment les français et les médecins perçoivent-ils la téléconsultation ? Un avant et un après le covid-19

Depuis 2018, la société suédoise Livi spécialisée dans la consultation en ligne et la Société Française de Santé Digitale (SFSD) réalisent des enquêtes Harris Interactive concernant la perception des français face à la téléconsultation. Force est de constater que la situation sanitaire liée au Covid-19 a eu un impact plus qu’important sur la démocratisation de cette pratique, que ce soit auprès des médecins ou des patients.

9 français sur 10 favorables à cette pratique

D’après l’étude réalisée par Harris Interactive au mois de novembre 2020, ce sont 93% des français qui envisagent d’avoir recours à la téléconsultation, ce qui représente une augmentation considérable par rapport à l’année 2019.

Ce résultat s’explique notamment par une meilleure connaissance du fonctionnement de la consultation à distance puisqu’on note une augmentation de 15% du nombre de Français estimant avoir une bonne compréhension de ce service qui était encore méconnu il y a quelques années. Un phénomène qui permet aux utilisateurs potentiels de ce service de mieux le comprendre et donc d’être rassurés concernant la fiabilité d’un diagnostic obtenu après une consultation à distance.

Lors de la première vague de Covid-19 et notamment pendant le premier confinement, la consultation à distance a été grandement mise en avant par le gouvernement ainsi que par les soignants afin de limiter au maximum les déplacements des Français. Au fur et à mesure des mois, le nombre de personnes envisageant cette possibilité a donc évidemment augmenté, et le nombre de consultations à distance aussi.

Des équipements toujours plus performants

Plusieurs plateformes proposent des consultations en ligne via un service de visioconférence, cependant celles-ci sont très limitées puisque le médecin ne peut pas ausculter le patient avec autant de précision que lorsque celui-ci se trouve dans son cabinet. De plus, la qualité de la consultation dépend de la connexion et de l’équipement du patient qui n’est pas toujours assez performant.

Pour permettre aux médecins de réaliser des consultations plus abouties à distance, de nouvelles technologies ont été mises au point, comme les bornes et les cabines médicales par exemple. Dans les cabines médicales comme celles que nous proposons aux pharmacies et aux Mairies de France, pas moins de 8 appareils connectés permettent aux médecins d’ausculter leurs patients avec énormément de précision. Parmi ces appareils, on retrouve par exemple un stéthoscope, un oxymètre, un tensiomètre ou encore un dermatoscope. Lors de la consultation, le médecin va pouvoir guider le patient dans l’utilisation de ces appareils connectés afin d’obtenir des résultats aussi précis que lors d’une consultation classique en cabinet médical.

Une augmentation considérable du nombre de consultations à distance

Pendant le premier confinement, environ une consultation sur quatre se déroulait à distance. Sur toute l’année 2020, ce sont 19 millions de téléconsultations qui ont été remboursées par l’Assurance Maladie. Des chiffres extrêmement élevés et surtout bien éloignés des résultats de l’année précédente.

Si les patients ont été très nombreux à se tourner vers la consultation à distance, les médecins eux-aussi ont pris le temps de se pencher sur cette solution, pourtant disponible depuis plusieurs années. Généralistes ou spécialistes ont fait le choix de permettre à leurs patients de les consulter sans avoir à s’exposer au virus, et les patients étaient nombreux à apprécier cette démarche. Parmi les spécialistes les plus sollicités, on retrouve notamment les pédiatres qui ont rendu possible le fait de rassurer les parents sur la santé de leurs enfants sans qu’ils aient besoin de quitter leur domicile.

Une augmentation liée aux facilités de remboursement

Avant 2018, les consultations effectuées à distance n’étaient pas remboursées par l’Assurance Maladie, ce qui représentait un frein plus qu’important à la démocratisation de cette pratique. Si les choses ont changé depuis, les conditions pour pouvoir bénéficier d’un remboursement intégral d’une consultation à distance restent fastidieuses : obligation de consulter uniquement son médecin traitant, obligation d’avoir eu une consultation physique dans les 6 mois antérieurs, etc.

Afin d’encourager les français à avoir recours à la téléconsultation pendant le confinement et, plus largement, pendant la crise sanitaire liée au Covid-19, l’Assurance Maladie a fait le choix d’assouplir ces règles concernant le remboursement d’une consultation à distance.

Depuis le début de l’année 2020 et ce jusqu’en 2022 au moins, toutes les consultations réalisées à distance auprès d’un médecin généraliste ou d’un spécialiste sont entièrement remboursées. Les personnes bénéficiant du tiers payant quant à elles n’ont pas à avancer de frais. Cette règle s’applique pour la téléconsultation en visioconférence à partir d’un ordinateur personnel mais aussi pour toutes les téléconsultations réalisées à l’aide de cabines ou de bornes médicales.

 

Si cette mesure est supposément temporaire, son efficacité en termes de démocratisation de la consultation à distance pourrait faire réfléchir le corps médical mais aussi le gouvernement qui cherche sans arrêt de nouvelles manières de lutter contre les déserts médicaux et les difficultés d’accès aux soins.

Vous avez aimé ? Partager !
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Categories
Non classé

L’intelligence artificielle au service de la médecine

L’intelligence artificielle au service de la médecine

Robots-chirurgiens, algorithmes performants et appareils connectés : découvrez comment l’intelligence artificielle vient en aide aux soignants.

Comment l’intelligence artificielle aide-t-elle les médecins ?

Ces dernières années, les progrès réalisés en matière d’intelligence artificielle n’ont fait que croître. Cette technologie qui fascine autant qu’elle effraie pourrait un jour révolutionner complètement notre façon de vivre. D’ailleurs, elle occupe déjà un rôle très important : celui de venir en aide aux médecins afin de leur permettre de soigner davantage de patients mais aussi d’être plus efficaces dans leur travail. Focus sur cette technologie novatrice qui permet, entre autres, de généraliser la télémédecine.

À quelle révolution devons-nous nous attendre ?

Contrairement à certaines croyances populaires, parler d’intelligence artificielle ne veut pas dire parler de robots qui vont venir prendre place à nos côtés dans la société, mais plutôt parler de technologies avancées qui vont permettre de réaliser certaines tâches avec plus de précision. En effet, bien que très complexe et doué de grandes choses, le cerveau humain a ses limites, notamment en termes de mémoire. De même, notre cerveau peut présenter des déficiences dues à la fatigue, à la vieillesse ou encore à des statuts psychologiques comme le stress qui vont venir altérer la capacité de notre cerveau à fonctionner comme il se doit. Grâce à des outils technologiques de pointe, il est possible de venir soulager le quotidien des soignants en leur proposant une assistance automatisée qui va venir effectuer certaines tâches à leur place.

De nos jours, certains appareils et logiciels sont capables de détecter des maladies comme la pneumonie ou encore des mélanomes avec autant de précision et de fiabilité qu’un médecin. Pour cela, c’est l’analyse d’images qui va être utilisée. Après avoir analysé des milliers d’images relatives à certaines maladies, l’intelligence artificielle va pouvoir les comparer avec les radios ou les examens dermatologiques des patients afin de déterminer s’ils présentent ou non l’une de ces pathologies.

Au-delà de l’assistance apportée aux médecins, on imagine tout à fait la possibilité d’intégrer ces intelligences artificielles à des cabines de téléconsultation par exemple, afin d’obtenir un premier diagnostic qui pourra être par la suite confirmé par un médecin.

La téléophtalmologie : pour réduire les délais

Grâce à la téléophtalmologie, Tessan innove et propose des dispositifs connectés qui diminuent grandement les délais pour recevoir des lunettes. C’est un avantage
considérable pour les professionnels et pour les particuliers. En effet, avec les
consultations à distance rendues possibles grâce à nos cabines et à nos bornes, le monde de la santé visuelle peut accélérer à tous les niveaux.

Il faut savoir que dans notre pays, il faut attendre plus de 117 jours pour obtenir un rendez- vous avec un ophtalmologue. Et dans certaines régions, le délai peut aller jusqu’à 138 jours notamment pour les rendez-vous destinés aux enfants. Avec la téléophtalmologie, ces délais peuvent être réduits à seulement 15 jours d’attente.

Effectivement, à cause de la désertification médicale, la télémédecine est devenue la solution ultime pour résoudre différentes problématiques médicales. En rejoignant notre réseau, professionnels et patients vont pouvoir profiter de nombreux avantages. Un nouveau modèle médical est possible dans notre pays, alors il serait dommage de passer à côté. Dans la suite de l’article, vous allez découvrir tous les avantages de la téléophtalmologie pour les professionnels de la santé visuelle.

Du rêve à la réalité : l’intelligence artificielle en action

Loin d’en être au stade de projet ou de rêve, l’intelligence artificielle fait d’ores et déjà partie de notre quotidien, y compris dans le domaine médical.

Des chercheurs de l’Université de Boston ont par exemple créé un algorithme capable de prédire les pics de grippe en se basant sur les recherches Google des habitants d’une certaine zone géographique ainsi que sur les observations des médecins de cette même zone.

Dans certains hôpitaux, c’est le programme Molly qui est en cours d’expérimentation. Ce programme offre l’aide d’une infirmière virtuelle, en contact avec le patient via une application. Cette infirmière va ainsi relever des informations essentielles pour établir la fiche médicale du patient comme son poids, sa pression artérielle ou sa santé morale par exemple. Au-delà du fait d’alléger grandement le travail des infirmiers et de leur permettre de se concentrer sur d’autres tâches, cette intelligence artificielle aurait parfaitement sa place sur une borne de téléconsultation par exemple.

Plus impressionnant encore, des robots-chirurgiens sont présents dans de plus en plus de salles d’opérations partout à travers le monde. À la fois fiables et plus précis que la main humaine, ils permettent aux chirurgiens de se former en s’entraînant sur des patients virtuels mais également de réaliser des opérations de micro-chirurgie à distance !

Des technologies au service de la lutte contre les déserts médicaux

En France, le problème du désert médical est de plus en plus présent et de nombreux citoyens doivent patienter plusieurs semaines avant de pouvoir obtenir un rendez-vous avec un médecin généraliste. Lors d’une consultation avec un spécialiste, le problème est encore plus présent. Résultats : automédication en hausse et services des urgences engorgés.

Si l’intelligence artificielle n’est pas encore omniprésente dans le domaine médical en France, il ne fait aucun doute qu’elle permettra à terme de désengorger les cabinets médicaux et les urgences en permettant aux patients d’obtenir un diagnostic rapide et fiable pour certaines pathologies.

 

De nos jours, ce sont les cabines médicales qui assurent cette mission en permettant aux patients de consulter un médecin généraliste à distance à l’aide d’une caméra et de plusieurs appareils connectés comme des dermatoscopes, des stéthoscopes ou encore des tensiomètres. Une fois installé dans la cabine, le patient n’a que quelques minutes à attendre avant que la consultation ne débute. Le médecin va ensuite guider le patient dans l’utilisation des divers ustensiles présents dans la cabine afin de réaliser un diagnostic précis et fiable et de pouvoir, si nécessaire, délivrer une ordonnance au patient.

Situées dans des pharmacies ou dans des établissements publics comme les Mairies, ces cabines ou bornes de téléconsultation représentent une avancée considérable dans le domaine de la médecine et de l’accès aux soins.

Pendant le premier confinement, ces cabines médicales ainsi que la consultation à distance en général ont connu un réel essor, preuve que les Français sont d’ores et déjà favorables à l’apparition de nouvelles méthodes pour se soigner dans des conditions optimales.

Vous avez aimé ? Partager !
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Categories
Non classé

Tessan innove avec la téléophtalmologie !

Tessan innove avec la téléophtalmologie !

La révolution numérique a déjà beaucoup touché le secteur de la santé. Dans la suite de cet article, découvrez les avantages de la téléophtalmologie.

La téléophtalmologie au secours de vos yeux !

Les innovations technologiques et la révolution numérique impactent le secteur de la santé et notamment de la santé visuelle en France. Chez Tessan, nous avons mis en place des solutions innovantes pour optimiser l’activité des ophtalmologues. Dans la suite de cet article, découvrez ce que la télémédecine, et surtout ce que la téléophtalmologie, peut
faire pour vous.

La téléophtalmologie : les avantages des consultations à distance

La télémédecine est une solution innovante qui a déjà été adoptée par de nombreux médecins, de nombreuses pharmacies et même par de nombreuses mairies en France. Effectivement, la téléophtalmologie est un protocole à distance qui permet de répondre à différentes problématiques dont notamment l’absence de spécialistes dans les zones rurales. Cette innovation technologique permet de coordonner le travail de tous les professionnels de la santé visuelle. Chez Tessan, nous avons étudié différents dispositifs médicaux connectés pour optimiser l’activité des ophtalmologues, des orthoptistes et des opticiens. Et grâce à nos cabines de téléconsultations, nous permettons surtout à de nombreux Français de recevoir des soins auxquels ils n’auraient peut-être pas eu accès pour leurs yeux sans la télémédecine.

La téléophtalmologie : pour réduire les délais

Grâce à la téléophtalmologie, Tessan innove et propose des dispositifs connectés qui diminuent grandement les délais pour recevoir des lunettes. C’est un avantage
considérable pour les professionnels et pour les particuliers. En effet, avec les
consultations à distance rendues possibles grâce à nos cabines et à nos bornes, le monde de la santé visuelle peut accélérer à tous les niveaux.

Il faut savoir que dans notre pays, il faut attendre plus de 117 jours pour obtenir un rendez- vous avec un ophtalmologue. Et dans certaines régions, le délai peut aller jusqu’à 138 jours notamment pour les rendez-vous destinés aux enfants. Avec la téléophtalmologie, ces délais peuvent être réduits à seulement 15 jours d’attente.

Effectivement, à cause de la désertification médicale, la télémédecine est devenue la solution ultime pour résoudre différentes problématiques médicales. En rejoignant notre réseau, professionnels et patients vont pouvoir profiter de nombreux avantages. Un nouveau modèle médical est possible dans notre pays, alors il serait dommage de passer à côté. Dans la suite de l’article, vous allez découvrir tous les avantages de la téléophtalmologie pour les professionnels de la santé visuelle.

La téléophtalmologie : les avantages pour l’ophtalmologue

Avec la téléophtalmologie, l’ophtalmologue peut valider des actes à distance et c’est une solution idéale pour optimiser son activité et augmenter son chiffre d’affaires. Les professionnels n’ont plus besoin de perdre du temps dans les paperasses. Internet permet de valider les actes envoyés par les orthoptistes à distance. Il n’y a plus d’envois postaux ou de déplacements à faire. Tout est fait en ligne en quelques clics. Cela permet de gagner du temps et de simplifier toutes les tâches administratives pour se concentrer sur l’essentiel : les soins médicaux.

Sur le plan pratique, il n’y a plus rien de compliqué. Grâce aux consultations à distance, les plateformes spécialisées permettent de tout simplifier. L’orthoptiste réalise l’acte en ligne puis il le transfère à son ophtalmologue référent qui pourra ensuite le valider avec un seul clic.

Et cela peut être fait depuis un ordinateur ou depuis une tablette ou même depuis un smartphone. Le numérique permet à l’ophtalmologue de réaliser tous ses contrôles depuis son bureau ou depuis son domicile. Il pourra être plus indépendant mais surtout plus libre. Ainsi, il réalisera plus de rendez-vous et ses patients en seront plus que ravis.

La téléophtalmologie : les avantages pour l’orthoptiste

La téléophtalmologie permet de faciliter le transfert d’actes pour que les professionnels bénéficient d’une plus grande indépendance. En effet, les orthoptistes auront la possibilité de transférer leurs actes à chaque ophtalmologue et cela rapidement et facilement. Tout sera directement mis en place sur la plateforme choisie.

En un seul clic, le transfert sera effectué et vous n’aurez plus qu’à attendre que l’acte soit validé. C’est une excellente méthode pour simplifier la communication entre l’orthoptiste et son ophtalmologue référent.

La téléophtalmologie : les avantages pour les jeunes professionnels

Grâce à la téléophtalmologie, vous pourrez avoir accès à une plateforme de rendez-vous. Il s’agit d’un outil puissant et indispensable pour recruter ses patients surtout lorsqu’on débute dans le métier. En effet, vous allez pouvoir fidéliser votre patientèle et la gérer au mieux grâce à un seul programme. Ce type de plateforme présente différents dispositifs de communication pour se rendre plus visible sur Internet.

La téléophtalmologie : pour une plus grande notoriété

Grâce à la téléexpertise, vous pourrez échanger vos informations avec d’autres professionnels de la santé. Et cela pas seulement avec des professionnels de la santé visuelle mais aussi avec des médecins généralistes, des médecins de maisons de retraite, des pharmaciens, etc. Cela vous permettra d’être connu et reconnu pour profiter d’une plus grande notoriété dans le métier. Les autres médecins pourront également parler de vous à leur patientèle.

La téléophtalmologie : pour faire partie d’un réseau

En adoptant nos dispositifs, vous ne serez plus seul ! En effet, vous serez intégré dans un système collaboratif entre différents acteurs de la filière médicale et cela vous fera bénéficier de plusieurs avantages. Par exemple, si vous recherchez du personnel, vous n’aurez qu’à le faire savoir grâce au réseau dont vous disposerez avec nos solutions numériques. Vous aurez accès à différentes plateformes dédiées.

Si vous avez besoin de conseils ou d’avis sur une problématique, vous pourrez
rapidement trouver les réponses à vos question grâce au monde numérique de la santé visuelle. Tout sera à portée de main pour vous informer et pour vous permettre de discuter et de communiquer sur différents sujets scientifiques.

Pour en savoir plus sur le monde de la téléophtalmologie, vous pouvez nous contacter directement sur notre site. Vous pourrez profiter d’une démonstration et cela sans engagement.

Nous sommes là pour répondre à toutes vos questions !

Vous avez aimé ? Partager !
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Categories
Non classé

Tessan : réduire la fracture médicale en France

Tessan : réduire la fracture médicale en France

La fracture médicale en France s’élargit, mais grâce aux cabines de téléconsultation Tessan, des solutions efficaces sont déjà mises en place.

Les mairies font confiance à Tessan

Les Français qui résident en milieu rural sont moins bien soignés que ceux qui vivent en zone urbaine. En effet, les distances qui séparent les centres médicaux urbains des petits villages et l’absence de médecins généralistes en zone rurale creusent de plus en plus la fracture médicale en France. 

Grâce à nos cabines de téléconsultation, de nombreux maires ont déjà pu réduire le sentiment d’insécurité sanitaire des habitants de leur commune.

La cabine de téléconsultation : une innovation au service de notre santé

Malgré les difficultés qui existent pour se soigner en milieu rural, des solutions innovantes sont déjà disponibles. En effet, notre cabine de téléconsultation est un dispositif qui connaît un fort succès dans différentes communes. Effectivement, il faut savoir que beaucoup de médecins de village ont quitté leur poste et que les offres d’un grand nombre de mairies pour trouver un remplaçant sont restées sans réponse. Voilà pourquoi plusieurs maires ont décidé d’installer nos dispositifs médicaux connectés dans les pharmacies de leur village. Nos systèmes vont permettre aux patients de consulter un médecin à distance et cela tout en préservant une totale confidentialité. Toutes les téléconsultations sont évidemment remboursées par l’Assurance Maladie comme c’est le cas pour les consultations traditionnelles. Cette décision va offrir à de nombreux Français la possibilité de profiter de tous les avantages de la télémédecine.

La télémédecine : la solution idéale pour les mairies

De nombreuses cabines connectées ont déjà été livrées dans des communes comme Mons ou Perpignan. Nos dispositifs sont totalement insonorisés et ils disposent de 2 places. Ils ont été étudiés par des ergonomes pour offrir une expérience patient confortable. De plus, nos cabines sont entièrement équipées. A l’intérieur, le patient pourra retrouver tout le matériel nécessaire pour communiquer avec le médecin à distance :

  • écran
  • webcam
  • micro

Mais, il pourra aussi retrouver tout le matériel médical nécessaire pour sa consultation, à savoir :

  • thermomètre
  • tensiomètre
  • oxymètre
  • dermatoscope
  • otoscope
  • stéthoscope
  • balance

Tous nos équipements sont connectés pour conforter le diagnostic du médecin téléconsultant. Ainsi, le praticien, qu’il soit généraliste ou spécialiste, pourra disposer de toutes les données utiles pour établir un diagnostic précis. C’est une méthode efficace pour soigner différentes pathologies à distance. Nos dispositifs médicaux connectés vont réduire le sentiment d’insécurité sanitaire et lutter contre les déserts médicaux dans tout le pays.

La téléconsultation : l’arme contre les déserts médicaux

Il est évident que les téléconsultations par visioconférence vont se multiplier. C’est une solution parfaite pour les 10 % de Français qui n’ont pas la possibilité d’avoir un médecin traitant dans leur commune.

Autrement dit, nos cabines de téléconsultation sont de véritables armes qui vont réduire la fracture médicale actuelle, et cela les maires l’ont bien compris. En effet, dès cette année, nos dispositifs connectés seront accessibles dans les pharmacies, dans des lieux stratégiques (maisons de retraite), ou encore directement dans les mairies.

Vous avez aimé ? Partager !
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin