Publication le 11/26/2021

COVID-19 – Le syndrome de l’anus sans repos

Aujourd’hui, le syndrome de l’anus sans repos s’ajoute à la liste des symptômes neurologiques de la Covid-19 bien que son apparition soit rare.

Le syndrome de l’anus sans repos figure parmi les symptômes récents et peu connus de la COVID-19. Nous connaissons bien les problèmes respiratoires émanant de l'infection. Cependant, deux ans après le début de la pandémie, on découvre de nouvelles conséquences liées à un dysfonctionnement du système nerveux : le syndrome de l'anus sans repos.


En plus des symptômes classiques (perte du goût et de l’odorat, fièvre, délire, encéphalites, etc.), on sait déjà que la Covid-19 peut aussi provoquer des troubles de l’érection, des problèmes de fertilité masculine, des affections oculaires, des problèmes dermatologiques et le syndrome de Guillain-Barré.


Aujourd’hui, le syndrome de l’anus sans repos s’ajoute à la liste des symptômes neurologiques de la Covid-19 bien que son apparition soit rare.



Un premier cas d'anus sans repos découvert au Japon


Le syndrome de l’anus sans repos a été signalé pour la première fois au mois de septembre 2021. La revue BMC Infectious Diseases a rapporté un cas de gêne anale comme trouble neurologique due au coronavirus.


Le cas d'étude du syndrome d'anus sans repos est un patient de 77 ans touché par la COVID-19. Ayant souffert de difficultés respiratoires dues à l’infection au coronavirus quelques semaines auparavant, il avait été hospitalisé au Centre hospitalier universitaire de Tokyo.


Bien qu’il soit guéri, il est revenu en consultation plusieurs semaines après sa sortie. La raison ? Un inconfort anal persistant et profond. Fait intéressant : il n’en souffrait pas avant d’avoir eu la Covid-19. Les chercheurs ont conclu que l'infection au coronavirus serait la source de ce trouble neurologique.



Qu’est-ce que le syndrome de l’anus sans repos ?


Le syndrome de l’anus sans repos est le résultat d’un dysfonctionnement du système nerveux central. Il occasionne des manifestations sensorielles et motrices.


Les symptômes du syndrome de l’anus sans repos


Le syndrome de l’anus sans repos serait – selon les scientifiques – une variante du syndrome des jambes sans repos. Il provoque des démangeaisons, des fourmillements, des douleurs, voire des sensations de « décharges électriques » dans une zone de 10 cm autour du périnée et de la zone anale. La coloscopie a détecté des hémorroïdes internes, mais aucune lésion rectale.


Toujours selon la revue de BMC Infectious Diseases, le syndrome des jambes sans repos (SJSR) et l'anus sans repos ont des conséquences similaires :


  • Le patient a besoin de bouger ;
  • Faire de l'exercice calme les douleurs anales ;
  • L’inconfort est à son maximum au moment du repos et s’améliore en cas d’activité ;
  • L’inconfort empire le soir.

Quel traitement pour le syndrome de l’anus sans repos ?


Le traitement est le même que l’on utilise en cas de SJSR (syndrome des jambes sans repos). Selon les médecins japonais, l’état du patient s’est nettement amélioré après la prise des médicaments d’usage, à savoir le Clonazépam et la Benzodiazépine.


Ces traitements médicamenteux comme les anxiolytiques visent à soulager la douleur au repos. Les symptômes du syndrome ont disparu au bout de quelques jours.


En cas de doute, vous pouvez consulter votre médecin traitant ou faire appel à un généraliste en téléconsultation. Les cabines de téléconsultations Tessan sont mises à votre disposition pour entrer en contact avec un professionnel de la Santé sans RDV en moins de 15 minutes.



La confirmation de l’existence des impacts neuropsychiatriques de la Covid-19


De plus en plus, on parle des potentielles séquelles neuropsychiatriques de la Covid-19 chez les personnes souffrantes. Pour l'heure, il reste à découvrir l'impact de la COVID-19 et ses conséquences neurologiques sur notre organisme.


Les séquelles neurologiques scientifiquement prouvées


L’existence de lésions neurologiques chez les personnes atteintes de la Covid-19 a fait l’objet de plusieurs études dans le monde entier.


En France, le professeur Julie Helms avait évoqué cette hypothèse au mois de mars 2020. Elle avait indiqué que la majorité des patients admis en soins intensifs à l’hôpital universitaire de Strasbourg atteints de la Covid-19 ne souffraient pas seulement de problèmes respiratoires.


En réalité, tous souffraient également de problèmes neurologiques, notamment de délire ou de confusion. La chose était d’autant plus inquiétante étant donné que les patients étaient jeunes pour la plupart.


D’ailleurs, le fait que le coronavirus SARS-CoV-2 est capable de provoquer des troubles neurologiques est avéré. Parmi tant d’autres, on peut citer les céphalées, les troubles cognitifs et les troubles sensoriels post-covid.


D’autres effets secondaires et complications, plus graves, ont été reportés : aphasie, convulsions, crise d’épilepsie et accident vasculaire et cérébral.


Comment expliquer les troubles neurologiques post-covid ?


Dans le rapport de BMC Infectious Diseases, il est spécifié que le virus était capable de « se propager au niveau du système nerveux central, à travers plusieurs voies potentielles ».


Voilà pourquoi, toujours selon eux, « les conséquences à long terme des troubles neuropsychiatriques doivent continuer d’être surveillées ». En effet, les séquelles sur le système nerveux semblent apparaître des mois après la guérison.


Une autre étude publiée dans la revue The Lancet, portée sur 200 000 personnes atteintes de la Covid-19. Il s’est avéré que 34% d’entre elles ont présenté un trouble neurologique ou psychiatrique six mois environ après l’infection.