Covid et test antigénique : quand l’offre doit être à la hauteur de la demande

Les tests antigéniques arrivent pour dépister le coronavirus à grande échelle. Après l’épisode du gel et des masques, comment les acteurs de santé vont-ils gérer ce raz-de-marée ?

Encore peu répandus jusqu’ici, les tests antigéniques, dont les résultats sont beaucoup plus rapides que les tests PCR, vont être déployés massivement dans les prochains jours sur le territoire français. Reste à savoir si les professionnels de santé sont suffisamment préparés.

Les tests antigéniques : une nouvelle arme dans la lutte contre la Covid-19

L’épidémie de coronavirus bat de nouveaux records en France cet automne. Afin de faire face à cette seconde vague, les pouvoirs publics ont déclaré vouloir procéder à davantage de tests. Un décret publié ces derniers jours a ainsi permis de généraliser le recours aux tests antigéniques, d’en fixer les tarifs et les conditions de remboursement par la Sécurité Sociale.

Trois catégories de personnes sont concernées :

  • les asymptomatiques non cas-contacts susceptibles d’être contaminés, du fait de leur lieu de travail par exemple ;
  • les personnes de moins de 65 ans sans facteurs de risque présentant des symptômes depuis moins de quatre jours et dans l’impossibilité de se faire tester dans les 48h via un test PCR ;
  • les personnes à risque.

Ces tests, bien que légèrement moins fiables, donnent un résultat en moins de trente minutes, contre 24h dans le meilleur des cas pour les tests PCR. Par ailleurs, alors que les tests virologiques, qui restent les tests de référence, ne sont réalisables qu’en laboratoire, les tests antigéniques peuvent, eux, être effectués également en pharmacie, chez un médecin, ou encore par un infirmier. De quoi désengorger les salles d’attente et faire raccourcir les délais pour obtenir un rendez-vous.

Dépistage de la Covid-19 : les pharmacies en première ligne

A l’heure où certaines pharmacies se dotent de cabines médicales connectées pour pallier au manque de médecins, c’est une nouvelle mission qui leur est désormais confiée pour faciliter toujours plus l’accès aux soins. 

 

Si elles ne sont pas les seules à pouvoir procéder au dépistage de la Covid-19 via ces nouveaux tests rapides, les pharmacies vont cependant être les plus impactées par cet outil. Alors qu’elles seront très certainement prises d’assaut par les patients, elles devront également être en mesure de fournir les autres professionnels de santé.

 

Formation du personnel aux techniques de dépistage, réorganisation de l’espace afin de prévoir des zones de test dans leurs locaux, gestion des stocks implacable afin d’échapper – si possible – à la rupture… A l’approche de l’hiver et du cortège de maladies qui va avec, les prochaines semaines s’annoncent difficiles pour les officines et leurs employés…

Vous avez aimé ? Partager !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
fr_FR